Caractéristiques générales de l’eau d’une piscine

  • + -

    Anti calcaire

    Permet d’éliminer les dépôts de calcaire qui bouchent les canalisations et nourrissent les algues.
  • + -

    Brome

    Oxydant de la famille des halogènes, tout comme le chlore permettant la désinfection. Extrait de l’eau de mer ou des sources salines, le brome est moins agressif que le chlore pour la peau, les yeux et les cheveux. Il est moins sensible au pH et conservera toute son efficacité jusqu’a un pH de 7,8. Recommandé notamment pour les bassins chauffés ou la température favorise l’élévation du pH.
  • + -

    Carnet sanitaire

    Document obligatoire pour la gestion d’une piscine collective, ce carnet rassemble tous les éléments au quotidien liés à la vie de la  piscine (cycles de filtration, température de l’eau, pH, teneur en désinfectant etc…).
  • + -

    Chlore actif

    C’est le chlore disponible pour la désinfection, il dépend du pH. Ex : a pH 7,2 le chlore est actif à 70%. A pH 7,8 il n’est plus disponible qu’à 30%.
  • + -

    Chlore combiné

    C’est le résultat de l’action destructrice du chlore sur les composants qu’il agresse par oxydation. On l’appelle aussi chloramine. Il n’est pas actif sur les micro-organismes à traiter. Seul un traitement choc régulier permet de réduire le chlore combiné et rendre le chlore de nouveau actif en suffisance.
  • + -

    Chlore inorganique

    C’est un chlore dépourvu d’acide cyanurique ou stabilisant.
  • + -

    Chlore total

    C’est l’addition du chlore libre et du chlore combiné. Le chlore total et chlore libre peuvent être mesurés à l’aide des languettes tests Aquachek Silver.
  • + -

    Chlorure de sodium

    C’est le sel que l’on met dans l’eau et qui par électrolyse va se transformer en hypochlorite de sodium et permettre ainsi la désinfection du bassin. Le sel doit être le plus pur possible afin de ne pas endommager prématurément l’électrode ou tacher le liner.
  • + -

    Choquer l'eau

    C’est une action complémentaire sur l’eau correspondant à une sur désinfection. Choquer l’eau permet de prévenir l’accumulation de contaminants, optimiser l’action du désinfectant, minimiser le taux de chloramines et améliorer la clarté de l’eau. Pour cela il faut utiliser du chlore choc ou brome choc en veillant à ajuster le PH selon le traitement (idéal 7,2 à 7,4 pour le chlore et 7,2 à 7,8 pour le brome).
  • + -

    Effet tampon

    Indispensable pour éviter des variations de pH trop importantes, l’effet tampon est obtenu avec un TAC bien ajusté.
  • + -

    Floculant

    Sulfates d’alumine ou de fer permettant d’agglutiner les micro-particules présentes dans l’eau afin qu’elles soient retenues par la filtration. Améliore ainsi la finesse de filtration. Déconseillé pour les filtres à diatomées. Il s’agit de l’ACTI FLOC ou FLOVIL.
  • + -

    Oxygène actif

    Oxydant désinfectant contenu dans des produits comme le peroxyde d’hydrogène ou le mono persulfate de potassium. Très actif contre les micro-organismes il n’a cependant pas d’action rémanente. Il doit être utilise en combinaison avec un autre produit dit activateur permettant une rémanence du traitement.
  • + -

    Pastilles DPD

    Trousse d’analyse permettant de vérifier si le chlore présent dans l’eau est un chlore actif ou non. Les DPD N°1 déterminent le chlore libre, les DPD N°2 mono chloramines ; les DPD N°3, les di et tri-chloramines et les DPD N°4 le chlore total (actif + réserve + chloramines). Seules les pastilles DPD N°1 sont utiles pour les piscines privées.
  • + -

    pH ou potentiel hydrogène

    Permet de déterminer le degré d’acidité ou d’alcalinité dans l’eau. Il est habituellement préconise de maintenir le pH entre 7,2 et 7,4. Un pH supérieur a 7,8 provoque entartrage du matériel, inconfort des baigneurs car agressif pour la peau et des développements de bactéries et d’algues qui se nourrissent du calcaire et du magnésium. Un pH acide inferieur à 7 provoque des corrosions. Le pH se mesure a l’aide d’un testeur électronique, de languettes test Aquachek, par exemple.
  • + -

    PHMB

    Polymère Hexaméthylène Biguanide Bactéricide: algicide qui possède un pouvoir floculant. Son action doit être combinée a un oxydant comme le peroxyde d’hydrogène. L’utilisation du PHMB dans un bassin chlore nécessite au préalable la neutralisation du chlore (avec ACTI Stop). A l’inverse, un bassin traite au PHMB qui va passer au chlore nécessite la vidange complète du bassin.
  • + -

    Ppm

    Il s’agit de l’abréviation partie par millions, c’est un standard de mesure pour les différents taux.Il correspond en fait à mg/l ou g par m3.
  • + -

    Les matières en suspension (MES)

    L’eau d’une piscine doit en contenir le moins possible.
  • + -

    Le potentiel d’hydrogène (pH)

    Il doit être compris entre 6,9 et 8,2, l’idéal étant 7,4 (pH moyen du liquide lacrymal).
  • + -

    Le titre hydrotimétrique (TH)

    La dureté de l’eau se situe idéalement entre 10°F et 20°F.
  • + -

    Le titre alcalimétrique complet (TAC)

    Dans une eau de piscine c’est la teneur en bicarbonate. Il représente le pouvoir tampon de l’eau. Une eau avec un TAC faible subira de fortes variations de pH. La bonne valeur se situe entre 10°F et 30°F. En général le TAC est légèrement supérieur au TH.
  • + -

    Les substances oxydables

    C’est la teneur en matières organiques. Elle doit être la plus faible possible généralement inférieure à 5 mg/l de O2 et si possible proche de 1 mg/l pour éviter de consommer le produit de désinfection.
  • + -

    Les bactéries

    Le plus souvent émises par les baigneurs. Le risque d’infection vient essentiellement des staphylocoques pathogènes de la sphère ORL. Elles sont émises dans l’eau enrobées de mucosités qui les protègent des désinfectants. Elles se trouvent concentrées dans la tranche superficielle de l’eau et c’est l’écrémage de la surface par les goulottes qui permet de les éliminer.
  • + -

    Les virus

    Dans l’eau le risque de transmission de virus est quasi nul (ils ne se reproduisent pas dans l’eau et sont en général rapidement détruits par les désinfectants). Le risque principal est lié au virus des verrues plantaires (papillomavirus) transmis par les sols accessibles aux baigneurs pieds nus (plages, vestiaires et douches).
  • + -

    Les parasites (champignons et amibes)

    Le risque principal lié aux champignons est une mycose interdigitale dont la transmission se fait par les sols et les bancs en bois. Le risque dû aux amibes est très rare, mais il faut noter la possible transmission d’une variété d’amibes qui donne des méningo-encéphalites amibiennes primitives généralement mortelles. L’eau chaude favorise la croissance des amibes.
  • + -

    Les algues

    Elles ne présentent aucun danger pour l’homme, elles nuisent seulement à l’esthétique de l’eau. Cependant elles apportent des matières organiques qui absorbent les produits désinfectants. Elles consomment du gaz carbonique, qui est acide, et par réaction le pH augmente. Elles s’accrochent généralement dans les joints de carrelage et une fois qu’elles sont bien développées, elles sont très difficiles à éliminer. Leur apparition démontre une insuffisance de désinfection, mais la réciproque n’est pas vraie.